Maé & Oré

 – Burners, Slowtravelers, Passionnés –

 

Bonjour ! Nous sommes Maé et Oré, nous avons 28 ans et nous sommes fondus de voyages.

Basés dans le Pays de Gex, région frontalière avec la Suisse, de naissance pour Oré, d’adoption pour Maé, nous vivons ici quand nous ne sommes pas sur les routes du globe.

Jusqu’à notre rencontre nous avons parcouru le Monde chacun de notre côté, désormais nous l’explorons ensemble. Slowtravelers, nous considérons le voyage comme une expérience où le temps n’a pas de limite. C’est au travers de roadtrip éco-responsables que nous adoptons une conduite respectueuse de notre précieux (et fragile) environnement, en suivant les règles du zéro déchet et en menant des actions positives.

Nous créons ainsi des contenus numériques destinés à vous sensibiliser au voyage responsable – à la portée de tous -, au voyage hors des sentiers tout tracés, au voyage qui n’apparait pas sur les cartes postales …

 

Notre challenge ?

Explorer sans détériorer | Leave no trace, only footprints

LA BURNEUSE | Maé

 

Née dans les Châteaux de La Loire, j’ai grandi en région parisienne et vécu 4 ans dans la tumultueuse Paris avant de tout quitter pour m’installer dans le Pays de Gex avec Oré, le Burner qui a tout chamboulé.

Hyperactive de nature, je ne tiens jamais en place et j’aime entrainer mes proches dans mon tourbillon que ce soit dans une soirée techno, une expo, un voyage ou un festival en plein désert. Caractère à deux faces, j’adore la vie urbaine et son rythme effréné mais les grands espaces, les paysages sauvages – là où le temps n’a plus de valeur – m’appellent en permanence et j’ai de plus en plus besoin de passer mon temps à explorer, découvrir, regarder, expérimenter … bref profiter de la vie, tout simplement !

Et le lycée, l’université, le job ? Un bac S, non pas pour la passion des maths et des atomes mais parce que c’était le seul moyen (à l’époque) d’accéder aux écoles d’Architecture parisiennes. Voyageuse de naissance, exposée régulièrement aux merveilles du monde (merci Maman & Papa), l’architecture a vite été une évidence pour moi et voilà que j’ai obtenu mon master et titre d’Architecte. Durant mes études, je suis partie un été travailler 3 mois dans une agence d’archi à Cape Town (Afrique du Sud) – Cape Town qui a été pour moi le point de départ d’une nouvelle vision du voyage, que je développe depuis plus de 6 ans, et que vous retrouvez aujourd’hui à travers ce blog. Fraichement diplômée, je m’évade en Amérique du Sud pendant 3 mois – puis retour à Paris et voilà que je m’engage dans une agence où je reste 3 ans et demi. Le CDI, l’appartement parisien, les soirées, les voyages … la vie idéale d’une parisienne en milieu de vingtaine. Puis j’ai rencontré Oré et mes envies de changement sont arrivées…

Aller, je quitte tout – stop au confort – et je recommence ! Nouvelle région, nouveaux projets, nouvelles envies …

LE BURNEUR | Oré

 

Depuis tout petit, j’ai toujours dit que je ne mourrai que le jour où la terre sera devenue trop petite pour moi. Né à Genève, j’ai grandi dans le Pays de Gex et j’y suis toujours aujourd’hui, quand je ne suis pas de l’autre côté du globe.

De nature hyper dynamique, j’adore bouger et être en pleine nature. J’ai besoin d’espace, d’air pur et la sérénité de la nature m’apaise. Passionné de montagne, j’y passe beaucoup de temps quand je suis dans la région, que ce soit en hiver pour skier ou en été pour randonner – eh oui, la montagne ça me gagne !

Mon parcours ? Sale gosse, scolarité chaotique, toujours partant pour une connerie – bref, je passe ma jeunesse à repousser mes limites. Les voyages ? Une drogue transmise par mes parents et qui fait naitre ma passion pour les avions. Cette passion m’a conduite à mon métier de Technicien Aéronautique. Eh oui, j’ai gagné du sérieux et j’ai fini par écouter les conseils de mon père. J’ai démarré, en bon petit soldat, un apprentissage en réparant des petits avions à Mâcon, en Bourgogne, puis j’ai persévéré et obtenu un poste à l’Aéroport de Genève pour m’occuper de jets privés. J’ai alors coché toutes les cases : le bon poste, la belle voiture, l’appartement … j’avais tout validé mais j’avais besoin d’autre chose, le matérialisme c’était clairement pas pour moi alors j’ai décidé de tout plaquer (mon boulot, mon appart, ma voiture, j’ai même donné mes fringues …) et de partir une année, seul et pieds nus, sur les routes d’Asie…

Aujourd’hui je suis de nouveau à l’Aéroport de Genève, et j’ai l’avantage de pouvoir travailler quand je veux. Mon mode de vie ? Je bosse dur puis je prends un billet sans retour et je pars sur les routes pendant plusieurs mois. Puis, dès que j’ai besoin de renflouer les caisses, je rentre chez moi et c’est reparti pour un tour. Un mode de vie de solitaire qui s’est ébranlé dès que j’ai rencontré Maé. Je reste en quête de liberté et je continue de partir dès que l’envie est là mais désormais c’est avec elle que je partage mes aventures …

LES TRAVELBURNERS | Notre histoire

 Les origines de notre histoire, de notre projet, de nos inspirations. Notre naissance.

2019 | CHAPITRE 1

SUR LES RAILS, DANS LES AIRS

 

500 Km. C’est la distance qui nous a tenu séparé les premiers mois de notre relation – l’une à Paris, l’un à Genève – notre histoire a démarré comme ça. Passionnés d’aventures, de voyage, de techno, d’urbex, … nous avons trouvé notre clone, notre binôme !

Mais comment avons nous été amené à nous rencontrer ? La communauté internationale Burning Man, un apéro à la Fourmis Pigalle à Paris, l’organisation de l’aventure du Burn en Afrique, voilà notre point de départ. Une expérience commune nous attend, alors nous nous préparons pour la vivre ensemble – et petit à petit, notre histoire s’écrit.

Dès le départ, notre relation s’organise sur les rails ou dans les airs – grâce à la Sncf et Easyjet – et oui les aller/retours chaque week-end entre Paris et Genève, mais aussi entre Berlin, Zurich ou encore Vienne pour nos Escapades hivernales. Les retrouvailles et les aurevoirs hebdomadaires sur les quais de gares ou aux portes des portiques de sécurité – nous profitions de chaque minute passée ensemble. Cette expérience de vie – pas évidente tous les jours – nous a finalement renforcés et aujourd’hui nous sommes heureux de partager notre quotidien.

Mais sinon, Travelburners d’où ça sort ?

Le voyage, c’est notre ADN. L’amour des grands espaces, des festivals dans la poussière, des urbanités abandonnées, des soirées techno tribales, … ce sont toutes ces passions communes qui nous ont amené à vouloir partager – à qui voudra bien nous lire – notre regard sur le monde, notre univers entre voyageur et burner, entre poussière et footprints, entre inclusion et évasion, entre passion et responsabilité, entre nature et futur.

Bref, duo de burners – humains rêveurs et slowtravelers – nous voulons simplement donner du sens à nos voyages.

2020 | CHAPITRE 2

S’ÉVADER POUR EXPLORER

 

La démission de Maé et un déménagement, deux grands changements. Pour nous deux. Passage d’une relation à distance à la vie à deux. Puis nous préparons notre prochaine Evasion, un roadtrip autonome en Afrique Australe et Afrique de l’Est de 4-5 mois avec l’Afrika Burn comme point de départ. Mais tous nos plans sont chamboulés, la tornade sanitaire du COVID-19 sévit dans le monde entier, les frontières se ferment, le confinement est officialisé – #restonscheznous – nos projets de voyages sont suspendus. Nous devons patienter mais nous souhaitons rendre cette attente productive. C’est clairement le moment de créer notre blog, alors nous nous lançons !

Quelle image nous souhaitons véhiculer au travers de ce blog ?

C’est via les récits de nos Évasions et Escapades à deux que nous souhaitons partager avec vous nos passions, nos inspirations, nos découvertes, nos déceptions, nos galères – transparence oblige. Nous voulons que nos voyages aient du sens et nous utilisons les réseaux pour diffuser nos idées et travel challenges.

Pour nous, voyager ce ne sont pas juste des vacances avec cocktails et postcards, c’est surtout une ouverture au monde, c’est aller voir ce qui se passe ailleurs, c’est se rendre compte des réalités cachées, c’est affronter des situations complexes, c’est sortir de son confort, c’est s’ouvrir à de nouveaux horizons, c’est apprendre de nouvelles choses, c’est respecter son environnement, c’est se déplacer en conscience, c’est partir sur des terres inconnues, c’est réaliser l’urgence climatique ou encore vivre des aventures qui nous font évoluer.

La suite ? Elle s’écrira au gré de nos évasions …